Accéder au contenu principal

James Dean - Jean-Philippe Guerand


Cet été, j'ai lu la biographie de James Dean dans la collection Folio biographies. J'étais curieux de connaitre le parcours de ce jeune acteur mort jeune et devenu sex-symbol. En fait, sa courte vie n'a rien d'extraordinaire. Comme plein d'autres acteurs, je suppose, Il a eu une jeunesse difficile (mère décédée tôt et père absent) et s'est battu pour devenir comédien à succès. Bien-sûr, il y est arrivé mais a eu à peine le temps de profiter de sa notoriété car deux de ses trois films sont sortis après sa mort intervenue en 1955. Il a tourné beaucoup pour la télévision, je ne le savais pas.
Ce qui m'a frappé est plus son côté obscur. Certes, il a une image de rebelle mais je pensais qu'elle avait été plus fabriquée par ses films et sa légende que vraiment réelle. Professionnellement, il pouvait se montrer ambitieux, capricieux, ingrat vis à vis de ceux qui l'ont aidé et avoir un égo surdimensionné. Sa vie privée était assez dissolue et il avait parfois un comportement sans gêne et provocateur vis à vis de son entourage. la légende fait souvent l'impasse sur sa bisexualité bien réelle et sur le fait qu'il appréciait certaines pratiques masochistes dans des établissements privés. Voilà sur un rebelle moins lisse que prévu ! Son incroyable aura est née après son accident mortel grâce à son charisme dans ses rôles de rebelle dans ses films ("A l'est d'Eden", mon préféré, et surtout "La fureur de vivre") et au fait qu'il soit mort jeune et beau. Marlon Brando, l'idole de Dean, n'a pas eu cette "chance".