Accéder au contenu principal

Captain James Cook, a biography - Richard Hough


Je viens de finir de lire en anglais la biographie du capitaine James Cook par Richard Hough, écrivain et historien britannique. La lecture était difficile, plus que celles d'autres livres que j'ai pu lire en anglais, mais j'ai tenu le coup car la vie de l'explorateur anglais Cook était très intéressante à découvrir. Je n'ai d'ailleurs pas trouvé trace d'édition française.
 
James Cook (1728-1779) commença sa carrière dans la marine marchande en mers du Nord et Baltique, pour ensuite s'engager dans la Royal Navy au moment de la guerre de sept ans. Il traversa donc l'Atlantique et aida notamment à la prise de Québec aux Français en cartographiant le fleuve Saint-Laurent. Mais ce sont ses trois périples dans l'océan Pacifique qui vont laisser son nom dans l'histoire. Ceux-ci furent autant des expéditions scientifiques (astronomie, études de la faune et la flore, cartographie) que des voyages dont le but était d'étendre au maximum l'empire britannique de l'autre côté de l'hémisphère jusqu'à l'hypothétique "Terra Australis", continent austral dont beaucoup de savants croyaient en l'existence (il passa très près, sans le voir, du continent antarctique). En une dizaine d'année, il réalisa des cartes précises des nombreux territoires visités. Il découvrit la côte est de l'Australie et de nombreuses îles dont la Nouvelle Calédonie et les îles Cook, Sandwich et Hawaï. Il visita également largement les côtes de la Nouvelle Zélande et les îles de Polynésie (Hawaï, île de Pâques ...). Il traversa les deux cercles polaires et tenta une traversée du détroit de Béring (Alaska) pris dans les glaces. Son épopée s'arrêta en 1779 lorsqu'il fut tué par les hawaïens.
 
Au fil des pages, l'auteur nous dépeint factuellement mais agréablement ces voyages, en citant régulièrement des passages du journal de bord des navires. Cook m'apparaît comme un grand explorateur doué pour la navigation et la cartographie, lucide et judicieux dans ses décisions, meneur d'hommes, soucieux du bien-être des siens (il leur évita le scorbut par l'apport de la vitamine C dans leur alimentation) et du respect des populations locales. Vers la fin, son comportement exemplaire souffrira un peu de son échec de passer en Arctique et de problèmes de santé. Ce livre m'a permis de voyager dans le temps et dans l'espace sur les traces de l'un des derniers grands explorateurs.