Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2010

L'oeuvre - Émile Zola

Cela faisait un petit bout de temps que j'avais envie de lire un des classiques de la littérature du 19ème siècle, de ceux que l'on découvre généralement dans le grand bain du lycée. Mon choix s'est porté sur L'oeuvre d'Émile Zola pour la simple et bonne raison que lors de la lecture d'une biographie de Paul Cézanne il y a deux ans et demi, j'avais appris le lien étroit qui unissait depuis l'enfance le peintre à Zola. La théorie du biographe, a priori largement partagée, est que ce roman aurait provoqué la brouille entre les deux hommes, Cézanne ne pardonnant pas à Zola d'avoir servi d'inspiration principale au personnage de peintre raté.    En effet, le personnage principal est Claude Lantier, un peintre au talent avorté qui finit dans le suicide. Son meilleur ami est un romancier naturaliste (tiens donc !) en devenir qui, lui, monte en puissance au fur à mesure que le drame se noue. Zola est plein de comp

Invisible - Paul Auster

On m'a prêté 'Invisible' de Paul Auster en version originale. J'avais envie de me plonger dans un bouquin à l'anglais moins compliqué que certains que j'avais pu lire récemment. Celui-ci fut parfait à ce niveau-là.   Tout d'abord , ce roman est intéressant au niveau de sa construction. La même histoire est racontée par trois protagonistes différents et, pour le personnage principal, sous trois formes : à la première personne du singulier, ensuite à la deuxième et enfin à la troisième. Perspective intéressante qui permet au lecteur de se rendre compte de l'importance de la forme dans la perception d'un roman.   Concernant l'histoire elle-même, je suis partagé. Emballé par un démarrage mettant en avant un personnage trouble et ambigü et aboutissant à un évènement dramatique, on s'attend à recueillir les fruits de cette intrigue prometteuse dans les pages qui suivent. Et bien pas vrai

L'attrape-coeurs - J.D. Salinger

Au siècle dernier, j'avais lu 'L'attrape-coeurs' en anglais ('The catcher in the rye') qui m'avait été présenté comme un livre culte sur l'adolescence. J'avais gardé le souvenir d'un roman à la lecture pas forcément aisée et dont je n'avais pas compris toutes les subtilités, je pense.   En français et quinze années plus tard, je peux dire que j'ai redécouvert ce classique de la littérature américaine (sortie aux Etats-Unis en 1951) avec un certain plaisir. Holden est un adolescent en échec scolaire. Apprenant qu'il est viré d'une énième école, il fait une fugue de deux jours à New York. Il tente de tuer le temps en claquant son argent, en donnant des rendez-vous à ses connaissances, se retrouvant finalement dans des situations cocasses ou sordides. Il a du mal à comprendre le monde qui l'entoure. L'être humain le dégoûte ; "Il le tue" ! Bref, un garçon mal dans sa peau car sa

La poursuite du bonheur - Douglas Kennedy

Dans la série "Je lis tous les romans de Douglas Kennedy", voici l'avant-dernier épisode avec 'La poursuite du bonheur' que j'ai dévoré pendant mes vacances. Celui-ci est un très bon cru presque aussi bien que 'Les charmes discrets de la vie conjugale' et du même niveau que 'Une relation dangereuse'.   A la mort de sa mère, Kate découvre le passé secret de son père Jack, décédé il y a 40 ans. De l'angle de vue de la jeune femme, nous passons brusquement à celui de Sara qui tomba follement amoureuse de Jack un soir de Thanksgiving 1945. Et nous voici plongés dans le Manhattan des années quarante et cinquante avec Sara, Jack, Eric et les autres protagonistes de cette histoire d'amour compliquée et dramatique.   Le roman est assez épais, surtout par rapport à 'Piège nuptial' et c'est peut-être entre autres ce qui m'a plu car on a tout le temps de découvrir e

Fouquet ou le soleil offusqué - Paul Morand

Cela faisait longtemps que j'avais envie de lire une biographie de Nicolas Fouquet, resté célèbre dans l'histoire de France pour s'être fait arrêté et dépouillé par Louis XIV peu de temps après une magnifique fête organisée dans son château de Vaux-Le-Vicomte. L'affaire est bien-sûr plus complexe puisque l'arrestation avait été décidée avant la fête. Pourtant le Roi-Soleil ne piétina son surintendant des finances que par orgueil et jalousie, encouragé en cela par Colbert qui le haïssait. Voilà en tout cas la thèse de Paul Morand dans cette biographie.   Officiellement, on lui reproche un crime de lèse-majesté, à l'accusation plutôt ténue, et surtout des malversations financières qui étaient certes indéniables mais qui avait largement profité au roi et au Cardinal Mazarin. On l'accusa d'avoir confondu sa fortune avec celle de la Nation.  En tout cas, Louis XIV détesta voir évoluer près de lui cet homme brillant et

Une année en Provence - Peter Mayle

Ce bouquin a été un gros best-seller dans le monde. Je pense comprendre pourquoi : Le britannique Peter Mayle fait le récit, a priori véridique, de son installation dans le Lubéron avec son épouse et de leur première année dans cette nature, ce climat et ses habitants si différents de l'Angleterre. Pour tout étranger, a fortiori anglo-saxon, l'autochtone provençal est exotique et ses réactions sont étranges car à l'inverse de ce qu'on pourrait en attendre. Le livre s'est bien vendu car cette terre couverte de vignes et de villages authentiques à deux pas de la Côte d'Azur fait rêver le lecteur qui, de plus, est content de lire que les français, surtout dans ce coin, sont bavards, vantards, tonitruants, gourmands mais globalement sympathiques.   Ensuite, comme dans toute oeuvre, il y a le fond et la forme. J'ai aimé la forme car l'écrivain a une écriture vraiment très agréable, spirituelle et imagée, qui m'a souve

Le journal de mon père - Jirô Taniguchi

Je ne suis pas adepte de la bande dessinée. J'en lis une de temps en temps quand l'occasion se présente et là, l'occasion s'est présentée lors qu'on m'a offert 'Le journal de mon père' du japonais Jirô Taniguchi.   Le héros Yoichi, qu'on imagine avoir la trentaine, rentre dans sa vie natale pour dire adieu à son père décédé. Il n'était pas revenu depuis de longues années et se remémore avec sa famille, lors de la veillée funèbre, son enfance et pourquoi il avait fui à Tokyo.   C'est un manga en noir et blanc que j'ai lu rapidement car il n'est pas très long et il est sobre et aéré. L'histoire difficile, mais sans conflit ouvert, de la relation entre un père et son fils est émouvante et sincère. L'absence de la mère et une retenue toute nippone (me semble-t-il) en est la cause. Ce fut une lecture agréable et dépaysante, même si pas excessivement originale.

La princesse des glaces - Camilla Läckberg

Erica découvre le corps apparemment suicidé de son amie d'enfance, bloqué dans une baignoire d'eau gelée (d'où le titre). Ecrivaine, elle souhaite retracer le parcours de cette jeune femme belle et inaccessible qu'elle avait perdue de vue dans des circonstances mystérieuses. Son vieil amoureux transi, accessoirement policier, et elle mèneront l'enquête dans une communauté de la côte ouest suédoise.   J'ai choisi ce roman, bien évidemment influencé par la couverture noire et rouge du livre (collection "actes noirs" d'Actes Sud) et par la nationalité suédoise de l'écrivaine dont le succès, notamment en France, surfe sur le carton 'Millenium'. Je pensais lire un polar à la Stieg Larsson et je me suis retrouvé dans un roman policier vraiment soft, pas glauque pour un sou, sans réel suspense ni tueur fou mais faisant la part belle à la psychologie de ses protagonistes.    J'ai aimé cette histo

Piège nuptial - Douglas Kennedy

Le dernier Douglas Kennedy  dans ma besace a été 'Piège nuptial'. C'est un roman assez court que j'ai en tout cas lu rapidement. Le thème de la fuite, omniprésent dans son oeuvre, est bien-sûr présent dans celui-ci. Nick, un américain de presque 40 ans et sans aucune attache, décide de se lancer dans un périple en plein désert australien, fasciné par son immensité et son vide. Suite à une rencontre avec une auto-stoppeuse sexy, il va devenir la victime d'une communauté par comme les autres ...   Globalement, même si ce roman m'a beaucoup plu, ce n'est clairement pas son meilleur. Il ressemble plus à un thriller de gare que certains autres de ses livres qui font une analyse psychologique et sociologique un peu plus poussée. Je pense notamment à l'excellent 'Les charmes discrets de la vie conjugale' que je cite toujours en référence. Il s'agit tout de même d'une peinture qui sonne plutôt juste de l'

Comprendre le Japon (guide Ulysse)

Le Japon a toujours été un pays d'Asie qui m'a tout spécialement attiré. Probablement le fait qu'une vieille amie à moi, que je n'ai certes pas vu depuis longtemps, soit une ressortissante japonaise doit  y être pour quelque chose. Au delà de cela, sans jamais avoir vraiment étudié la question, ce pays exerce sur moi une étrange fascination due, je pense, à sa culture bien à part, même en Asie, et tellement différente de la nôtre. Il est également le théâtre de la cohabitation de la plus grande modernité et de moeurs et traditions ancestrales.   'Comprendre le Japon' est un tout petit ouvrage, rapide à lire, dont le but avoué est d'éclairer le visiteur occidental à propos des us et coutumes du pays du Soleil Levant, que ce soit en tant que touriste, travailleur ou encore homme d'affaires. Les différences culturelles semblent telles qu'elles peuvent décontenancer plus d'un occidental, celui-ci étant souvent pe

Louis XVII et l'énigme du temple - Georges Bordonove

Je viens de terminer la biographie du jeune Louis XVII, fils de Louis XVI, qui ne régna jamais car il mourût, selon la thèse officielle, lors de la Révolution française à la prison du Temple le 8 juin 1795 à l'âge de 10 ans. J'avais déjà lu un certain nombre des biographies des rois de France  (dont Louis XIV, Charles VII et Saint-Louis ...) écrites par cet écrivain-historien disparu en 2007. Ses oeuvres, dont j'ignore la rigueur historique, sont faciles d'accès au grand public tout en étant complètes et bien documentées. Elles sont vraiment prenantes si l'on s'intéresse un minimum à l'histoire. Dans ce récit du destin particulier et tragique de Louis XVII, victime d'une révolution qui décapita la monarchie en France, je me suis rendu compte pour la première fois du parti-pris de l'écrivain pour la dynastie capétienne. Cela ne m'a pas gêné du tout, d'ailleurs, car c'est  toujours intéressant de découvrir un point de vue q

La girafe de Charles X - Michael Allin

Je viens de finir la lecture d'un bouquin d'histoire intéressant et facile à lire : 'La girafe de Charles X' ou le récit de l'accession à la célébrité d'une girafe du Soudan. Capturée toute jeune, elle fut offerte en 1826 par le vice-roi d'Egypte Méhémet Ali au roi de France Charles X en gage d'amitié. Elle remonta le Nil, traversa la Méditerranée et finit le chemin à pied de Marseille à Paris, sous le regard fasciné des français qui n'avait jamais vu cet animal exotique, impressionnant par la taille mais si bienveillant pour l'espèce humaine. A Paris, elle fut l'objet d'une "girafe-mania" à une époque d'engouement pour les découvertes scientifiques et géographiques. Le récit est sympathique et prétexte à des explications qui permettent d'apprendre toutes sortes de choses : les origines de l'égyptologie, le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire, la politique en Méditerranée à cette é

Rien ne va plus - Douglas Kennedy

C'est le sixième bouquin du romancier américain que je termine. J'aime toujours autant ça malgré le fait que je me rends maintenant compte qu'ils ont tous plus ou moins la même trame : la descente aux enfers, avant la remontée à la surface tout de même, d'un homme ou d'une femme aux prises avec un quelconque piège professionnel, conjugal et/ou au sein de sa communauté. Dans 'Rien de va plus', la victime est un scénariste de télévision qui voit enfin sa carrière décoller avant de subir les coups du destin ... Y est faite, comme presque toujours chez Kennedy, la critique au vitriol de la société américaine. Ici le milieu superficiel et opportuniste de l'audiovisuel de Los Angeles est dépeint de façon édifiante avec le récit, par le menu, de la grandeur et de la décadence un scénariste porté aux nues quand tout va bien et mis plus bas que terre pour pas grand chose sous le poids médiatique. Il ne s'agit

Le violon d'Hitler - Igal Shamir

Pour les fêtes de fin d'année, quoi de mieux qu'un bon thriller politico-historique qui m'a été recommandé ? Pas spécialement fan du genre, j'ai attaqué ce nouveau roman avec gourmandise, d'autant plus que j'ai été appâté par le prologue. Celui-ci est  vraiment excellent car il met en place une intrigue rendue fascinante par la présence d'Adolf Hitler himself : en 1940, un violoniste et officier allemand est exécuté sur les ordres du Führer pour avoir fait des recherches sur Rossi, un compositeur juif italien du 17ème siècle qui aurait influencé l'oeuvre de Monteverdi. Cinquante ans plus tard, un violoniste israélien et ancien agent du Mossad se retrouve impliqué dans une intrigue mêlant le monde de la musique, d'anciens nazis en fuite et des évêques du Vatican plus ou moins clairs. Le roman est d'une lecture très agréable et rapide car on a envie de connaître la suite. Pourtant, le petit reproche que je pourra