Accéder au contenu principal

La poursuite du bonheur - Douglas Kennedy


Dans la série "Je lis tous les romans de Douglas Kennedy", voici l'avant-dernier épisode avec 'La poursuite du bonheur' que j'ai dévoré pendant mes vacances. Celui-ci est un très bon cru presque aussi bien que 'Les charmes discrets de la vie conjugale' et du même niveau que 'Une relation dangereuse'.
 
A la mort de sa mère, Kate découvre le passé secret de son père Jack, décédé il y a 40 ans. De l'angle de vue de la jeune femme, nous passons brusquement à celui de Sara qui tomba follement amoureuse de Jack un soir de Thanksgiving 1945. Et nous voici plongés dans le Manhattan des années quarante et cinquante avec Sara, Jack, Eric et les autres protagonistes de cette histoire d'amour compliquée et dramatique.
 
Le roman est assez épais, surtout par rapport à 'Piège nuptial' et c'est peut-être entre autres ce qui m'a plu car on a tout le temps de découvrir et de s'attacher aux personnages. On va de rebondissements en rebondissements à la manière d'un polar mais sans les gangsters et les cadavres. La partie qui m'a passionné est celle sur le maccarthisme : les héros sont les victimes de la chasse aux soit-disant communistes. Le livre est édifiant et très intéressant pour ça. Encore un roman de Kennedy qui fait une critique en bonne et due forme de la société américaine.