Accéder au contenu principal

L'oeuvre - Émile Zola


Cela faisait un petit bout de temps que j'avais envie de lire un des classiques de la littérature du 19ème siècle, de ceux que l'on découvre généralement dans le grand bain du lycée. Mon choix s'est porté sur L'oeuvre d'Émile Zola pour la simple et bonne raison que lors de la lecture d'une biographie de Paul Cézanne il y a deux ans et demi, j'avais appris le lien étroit qui unissait depuis l'enfance le peintre à Zola. La théorie du biographe, a priori largement partagée, est que ce roman aurait provoqué la brouille entre les deux hommes, Cézanne ne pardonnant pas à Zola d'avoir servi d'inspiration principale au personnage de peintre raté. 
 
En effet, le personnage principal est Claude Lantier, un peintre au talent avorté qui finit dans le suicide. Son meilleur ami est un romancier naturaliste (tiens donc !) en devenir qui, lui, monte en puissance au fur à mesure que le drame se noue. Zola est plein de complaisance pour cet écrivain, au caractère et au talent clairement avantageux par rapport à ses amis artistes, dont il fait un portrait peu flatteur. Il s'agit d'un roman très personnel. On sait qu'Émile Zola a vécu au côté de ses camarades artistes cette période charnière de l'histoire de l'Art lorsque les Impressionnistes butaient contre l'école officielle. Les passages du roman durant lesquels est admirablement décrite l'atmosphère du salon de Paris (dont certaines oeuvres étaient huées), sont passionnants à lire.
 
Et puis, franchement, quelle belle écriture ! On voit aisément la différence entre du Émile Zola et une certaine littérature contemporaine que j'aime aussi beaucoup lire (Douglas Kennedy en tête). En plus de la beauté de mots, le roman a du rythme et on n'a pas envie de le lâcher avant la fin, d'une grande beauté tragique.