Accéder au contenu principal

Journal du siège de Paris, septembre 1870 - janvier 1871 - Jacques-Henry Paradis


On n'a pas tous les jours l'occasion de vivre un évènement historique de l'intérieur par le biais d'un journal tenu au jour le jour par un parisien inconnu, en rien VIP et donc non partie prenante de façon directe dans les évènements. C'est ce que nous permet de faire ce journal tenu par un bourgeois parisien pendant toute la durée du siège de Paris par les Allemands suite à la chute du régime impérial de Napoléon III entre septembre 1870 et  janvier 1871.
 
A plein d'égards, ce livre est très intéressant. Visiblement bien informé, l'auteur décrit le comportement et la vie quotidienne des parisiens au fur et à mesure de l'épuisement de la nourriture et autres fournitures, leurs réactions aux évènements diplomatiques, militaires et ceux de l'ordre de la propagande. La ville, joyau effervescent de l'époque du Second Empire va s'éteindre petit à petit (manque de gaz) et souffrir physiquement (les arbres des avenues et du bois de Vincennes vont êtres coupés pour le chauffage), sans parler de la hausse de la mortalité. Et ce n'est qu'un début quand on sait que l'insurrection de la Commune de Paris va bientôt suivre (mars-mai 1871), dont Jacques-Henry Paradis, en tant que républicain modéré, redoute l'arrivée.
 
Il est aussi intéressant de lire la description du Paris d'alors, aujourd'hui disparu : ses remparts, sa voie ferrée de ceinture, la vie de ses cafés et théatres, etc ... mais aussi les mouvements de troupes autour des forts et dans les bourgades aux alentours qu'étaient alors par exemple Saint-Denis, Meudon ou Cachan.
 
Finalement, fin janvier 1871, un armistice est signé. La France capitule mais Paris ne sera pas investi par les troupes allemandes.

Editions Texto - le goût de l'histoire - page 217

Le manque de viande, de beurre et d'autres comestibles, a réduit un grand nombre de restaurateurs à fermer leur établissement. On assure que le gouvernement prend en ce moment des mesures pour que, dans chaque quartier, un nombre déterminé de restaurants puisse suffire aux besoins de clients célibataires.