Accéder au contenu principal

Louis XII, un autre César - Didier Le Fur

 

Roi de la communication


Tant qu' à me remettre à lire une biographie historique, j'ai choisi d'en apprendre un peu plus sur un souverain peu connu que je savais juste très attiré par le rêve italien et qui était aussi époux d'Anne de Bretagne qui devint ainsi reine de France pour la seconde fois. Dans un premier temps non destiné à régner sur la France, duc d'Orléans et arrière-petit-fils de Charles V, il aspira assez vite au pouvoir et se battit pour obtenir une place au soleil, quitte à s'y prendre de façon brouillonne. Une fois sur le trône à la mort de son jeune cousin et beau-frère Charles VIII, son grand dessein fut d'asseoir la domination française en Italie pour espérer peut-être ceindre un jour sa tête de la couronne de l'Empire.
 
L'historien Didier Le Fur raconte dans une première partie du livre, de manière factuelle et sans froufrous, la vie de Louis XII avant de s'attacher à présenter l'image qu'il a, à priori, souhaité véhiculer de lui et de son règne pour servir ses objectifs et rester à la postérité : celle d'un grand souverain légitime, pacifique et juste. Cette biographie ne m'a pas passionné car à un récit chronologique  de ses faits et gestes, sans anecdote et peu exhaustif, succède un essai plutôt académique sur la propagande de sa politique. Ici, peu d'histoire "people" et de réelle tentative pour dresser un portrait évocateur de ce roi complexe qui semble avoir évolué différemment avec le temps. Je n'ai pas la sensation d'avoir saisi le personnage à la sortie de la lecture de cette biographie. L'auteur s'appesantit sur son image officielle par choix et par manque, peut-être aussi, de témoignages tangibles sur un souverain peu raconté de ses contemporains. Il y aura d'autres occasions d'en savoir davantage sur lui aux détours de prochaines lectures.
 

Collection Tempus - page 25

Vers 9 heures du soir, le 7 avril 1498, veille de Pâques fleuries, le roi de France, Charles VIII, rendait son âme à Dieu. Il avait vingt-sept ans. De son union avec Anne de Bretagne, célébrée à Langeais, en décembre 1491, étaient nés quatre enfants dont deux fils : Charles-Orland en 1492, et François en 1496. Mais aucun n'avait survécu assez de temps pour lui succéder. Le premier disparaissait à l'âge de quatre ans  ; le second mourut quelques jours après son baptême. Charles VIII décédait donc sans héritier en ligne directe et avec lui s'éteignait la première branche de la maison de Valois qui, depuis Philippe VI, régnait sur la France.
Cette absence de fils n'était pas catastrophique pour la monarchie française. La loi salique, la loi successorale du royaume, offrait toujours un héritier certain au trône, le plus proche parent du roi défunt en ligne collatérale, par les hommes. Louis II, duc d'Orléans, fils du poète Charles d'Orléans et de Marie de Clèves, arrière-petit-fils de Charles V, était celui-là. Il avait trente-cinq ans. Il régna sous le nom de Louis XII.

Commentaires

  1. Bonjour sorel, concernant Louis XII, c'est vrai que c'est un roi méconnu à part le fait qu'il a épousé Anne de Bretagne et c'est bien le seul fait que je connaisse sur ce roi. Mais c'est vrai aussi d'autres rois de France. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Dasola, je suis dans une période transitoire en ce moment qui fait que je suis peu présent sur la toile. Mais j'espère bien redevenir plus actif très bientôt pour faire revivre mes blogs et venir lire le tien.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire