Accéder au contenu principal

La nuit des temps - René Barjavel


L'homme est l'ennemi de l'homme


Je continue tranquillement l'exploration de l'œuvre de Barjavel par la lecture de son roman le plus emblématique et peut-être le plus abouti. En tout cas, l'inventivité dont il fait preuve dans ce morceau de science-fiction m'a bluffé quand bien même il est important de préciser que peu habitué au genre, je manque de recul. L'idée de base est fantastique : des explorateurs scientifiques français trouvent par hasard en Terre-Adélie la trace d'une civilisation perdue, enfouie sous quelques centaines de mètres de glace depuis la nuit des temps. S'ensuit une extraordinaire aventure humaine ...
Reconstitution d'une société évoluée vieille de 900.000 ans, récit d'une grandiose histoire d'amour dans toute sa naïveté et donc sa beauté, action et suspense sur fond de tensions internationales et de rivalités géopolitiques à deux époques différentes, réflexion sur la nature de l'homme et sa place dans la création, 'La nuit des temps' est un roman brillant, beau, intelligent et haletant, qui, je le soupçonne, aura vieilli aux yeux de certains, mais dont le sujet ne peut que faire rêver. A quand un film pour cette épopée digne d'une production à grand spectacle ? Ma remarque n'est pas anodine, il se trouve que le roman est le résultat d'un scénario abandonné car la mise en images aurait coûté trop cher. Tu m'étonnes ! 
Le détail qui tue : on sait maintenant pourquoi la Lune est parsemée de cratères ;)

Pocket - page 181

 - Oui, dit Moïssov. Pourtant nous sommes tous pareils... Nous avons quelque chose en commun qui est plus fort que nos différences : c'est le besoin de connaître. Les littérateurs appellent ça l'amour de la science. Moi, j'appelle ça la curiosité. Quand elle est servie par l'intelligence, c'est la plus grande qualité de l'homme. Nous appartenons à toutes les disciplines scientifiques, à toutes les nations, à toutes les idéologies. Vous n'aimez pas que je sois un Russe communiste. Je n'aime pas que vous soyez de petits capitalistes impérialistes lamentables et stupides, empêtrés dans la glu d'un passé social en train de pourrir. Mais je sais, et vous savez que tout ça est dépassé par notre curiosité. Vous et moi, nous voulons savoir. Nous voulons connaître l'Univers dans tous ses secrets, les plus grands et les plus petits. Et nous savons déjà au moins une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables, et que chacun de notre côté, dans notre morceau de connaissance et dans notre nationalisme misérable, c'est pour les hommes que nous travaillons. Ce qu'il y a à connaître ici est fantastique. Et ce que nous pouvons en tirer pour le bien des hommes est inimaginable. Mais si nous laissons intervenir nos nations, avec leur idiotie séculaire, leurs généraux, leurs ministres et leurs espions, tout est foutu !