Accéder au contenu principal

Le confident – Hélène Grémillon

 

Occupation irrégulière

Ce roman revient d’assez loin. Choisi dans les rayons d’une librairie grâce au bouche à oreille, la lecture de sa première partie me décevait pour un ensemble de raisons non rédhibitoires en elles-mêmes mais qui, imbriquées les unes aux autres, rendait l’ensemble peu emballant : intrigue de femmes déjà vue, personnages flous  et non attachants, manque de fluidité dans la narration pour cause de points de vue changeants. Pas évident à décrypter mais la mayonnaise ne prenait pas vraiment. Le roman met en scène (mais pas assez à mon goût) Camille, une jeune femme de 1975, qui reçoit des courriers anonymes lui relatant une histoire compliquée qui commença avant la seconde guerre mondiale. Est-elle concernée par ces confessions ou y a-t-il erreur de destinataire ?
Heureusement la seconde partie rattrape largement la première, et cela surtout grâce au témoignage à la fois touchant et effrayant de Madame M, la responsable de tout ce grand désordre : un long monologue conté tambour battant par la plume vivante et pleine de suspense psychologique de Hélène Grémillon. Le contexte archi-traité de l’occupation allemande donne une profondeur bienvenue à un scénario au final pas si original. Il apporte une tension supplémentaire au drame et aux personnages et j’ai eu la sensation de palper un peu de l’atmosphère de l’époque. La toute dernière partie au format très étrange se termine par un petit coup de théâtre qui m’a laissé un peu pantois et heureux, au final, d’avoir choisi ce roman.

Collection Folio – page 245

La lune m’effrayait, elle avait cette allure où l’on peut facilement lui reconnaître un visage, j’avais l’impression qu’elle suivait mes faits et gestes. Je lui expliquais qu’elle ne pouvait pas me comprendre, qu’elle ne savait pas ce que c’était d’avoir besoin d’un enfant. Et puis, j’ai remarqué qu’on avait fait d’elle une femme, LA lune. Peut-être parce que son corps, lui aussi, changeait de forme selon les périodes. Chaque pleine lune accouchait-elle d’une étoile ? Et si la lune était en fait la mère de toutes les étoiles ? J’ai roulé encore bien après qu’elle eut disparu.

Commentaires

Publier un commentaire