Accéder au contenu principal

Guillaume le conquérant - Henri Suhamy

Un Normand sans hésitation


Guillaume de Normandie, dit le Conquérant (1027 ou 28 - 1087) est un personnage emblématique de notre Histoire. Dans l'inconscient national, c'est un Français qui a réussi à conquérir l'Angleterre et qui ne l'a jamais perdue puisque la reine actuelle en est la descendante. Il unifia en partie le pays et y exporta la langue française qui modela fortement l'Anglais actuel. Outre-manche, il aurait encore l'image plutôt négative d'un roi étranger envahisseur qui a brutalement mis fin à une société anglo-saxonne idéalisée. 'Guillaume le Conquérant' est une biographie bien écrite, très littéraire qui tente de démêler le vrai du faux tout en restant, il m'a semblé, assez prudente sur l'ensemble des faits et gestes racontés, car l'époque est bien lointaine et l'homme mystérieux.
 
Il y a pourtant dans le livre peu d'économies de détails sur l'ensemble des opérations militaires et autres tractations entre les forces en présence. Sans réelle période d'accalmie, le duc-roi semble avoir bataillé toute sa vie pour sécuriser le duché de Normandie dont il a hérité et pour assurer son implantation outre-manche une fois qu'il sera devenu roi d'Angleterre après la bataille d'Hastings en 1066.

L'autre caractéristique de cette biographie est le soin qu'a mis l'auteur à poser le contexte historique de l'époque afin de raconter et expliquer le destin d'un homme qui modifia le visage de l'Angleterre. Henri Suhamy raconte notamment sur plusieurs siècles l'implantation des Vikings en Europe, les aléas des petits royaumes anglo-saxons d'avant Hastings et les rivalités incessantes qui étaient alors la norme entre suzerains, vassaux et autres agresseurs. C'est très intéressant et j'ai la sensation d'avoir appris beaucoup sur la Normandie scandinave et sur la Grande Bretagne d'avant la conquête. L'inconvénient, par contre, est que la lecture égraine, page après page, une impressionnante et rébarbative succession de rois, ducs et autres comtes au point de faire oublier au lecteur, à chaque nouveau paragraphe, le paragraphe précédent.

Personnellement quand je lis la biographie d'une figure historique, j'espère aussi pénétrer un peu de sa vie privée au sens large : son enfance, son éducation, sa famille, son tempérament, etc ... Et de Guillaume le Conquérant, qui vécut il y a presque un millénaire, on sait peu de choses même si l'auteur s'efforce de nous faire l'esquisse d'un portrait à l'aide du peu d'informations dont il dispose car provenant de sources éparses et peu fiables. Guillaume fut un personnage solide, physiquement et psychologiquement, complètement voué à l'exercice du pouvoir et de la guerre. Austère mais assez peu bigot, même si respectueux des usages, il contracte un mariage réussi, n'a aucune maîtresse connue, mais apprécie la chasse et sûrement la bonne nourriture (à sa mort, il sera en surpoids). Voilà en gros ce que j'ai retenu. Cela change des intrigues à la cour de Versailles :-). Ah si ! il se prend aussi la tête avec son fils aîné, un peu trop pressé de régner. Tout ça va se régler sur les champs de bataille. Normal.

Ellipses poche - pages 109 et 110


Le comportement de Guillaume pendant toute sa vie dénote un homme chez qui la fonction créé l'organe, mû par une passion dominante, celle du pouvoir. Conserver celui qu'on a, obtenir celui qu'on a pas mais qu'on pense mériter, ce qui demande une pension perpétuelle de la volonté et de toutes les facultés physiques et mentales, c'est ce qui caractérise le type d'homme dont Guillaume fournit un exemple. Une des conditions de la réussite était, pour lui du moins, de s'interdire toute espèce de dissipation, ce qu'il fit peut-être instinctivement. On a certes vu, au cours de l'Histoire, des conquérants voluptueux. Il n'en fait pas partie. Son seul luxe ou son seul plaisir ludique était la chasse, mais il partageait ce penchant avec l'aristocratie du monde entier. De plus la chasse n'était plus seulement un jeu mais un rite obligé ainsi qu'un entraînement à l'équitation et à la guerre.


  

Commentaires

  1. Est-ce un roman historique ou bien un doc ? Car c'est tout le problème des biographies ce dont tu parles dans ton billet. Soit l'auteur fait uniquement un boulot d'historien, et c'est (comme tu le dis) assez rébarbatif, soit il prend des libertés pour donner une dimension romanesque au personnage, avec le risque de sortir de l'exigence scientifique. Je ne suis pas certaine, à la lecture de ton billet, d'avoir envie de m'y coller. Je trouve qu'après les Rois Maudits de Druon, tout parait moins réussi dans la fresque historique. Ou alors je dois me convaincre de lire du non-fiction ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Salut, ta remarque est judicieuse car je me refuse aux fictions historiques trop romancées de peur qu'on me raconte des bobards auxquels je pourrais croire. Et en même temps je me plains du côté rébarbatif d'une biographie (et là il s'en agit bien d'une). Il faut que je choisisse :-) Disons que le côté people de certaines biographies rigoureuses m'a un peu manqué ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire