Accéder au contenu principal

Le journal intime d'un arbre - Didier van Cauwelaert



Bonne poire


A la base, l'idée est vraiment bonne. Didier van Cauwelaert donne la parole à Tristan, le vénérable arbre d'un modeste jardin privé des Yvelines fraîchement tombé après trois siècles de bons et loyaux services. Autant vous dire qu'il en a vu des vertes et des pas mûres (de poires, vu qu'il est poirier) sur les générations d'humains qui ont croisé sa route. Il possède une sorte de don d'ubiquité, il est ici ou ailleurs selon le bon vouloir inconscient des humains auxquels il est lié. Il ressent ce qu'ils sont en train de vivre. Au point de s'oublier, je dirais.

D'un premier abord, c'est charmant mais, assez rapidement, ce conte philosophico-écologique devient lassant car on réalise que l'auteur prend pour prétexte le point de vue d'un arbre afin de raconter différemment les aventures moyennement passionnantes de quelques humains (Manon, Yannis et les autres) alors que notre poirier n'est lui-même plus qu'une statuette, certes artistique, sculptée dans son propre bois.

A ce propos, pourquoi commencer le roman au moment où Tristan s'écroule après une vie de tricentenaire ? Certes, les nombreuses péripéties de sa vie (notamment une surprenante rencontre avec le capitaine Dreyfus) depuis sa petite enfance tumultueuse sous Louis XV sont évoquées mais quoi de mieux, à mon avis, qu'un arbre vivant ? Plutôt que d'en raconter autant sur les hommes de sa vie et ses rapports avec eux, il aurait pu être intéressant d'approfondir sa vie végétale, son fonctionnement interne, ses interactions avec ses congénères (j'ai bien aimé sa relation avec Iseult, sa jumelle du même jardin), la flore, la faune, l'écosystème en général.

Le journal intime d'un arbre n'en reste pas moins original et agréable à lire.
 

Michel Lafon - pages 152 et 153  

J'ai du mal avec les chamanes. Ce n'est pas ma culture. Dans leurs rapports avec nous, ils ont raison sur le fond, mais je suis très réservé sur la forme. La drogue ne créé par le dialogue, sauf si déjà un lien psychique existe, et dans ce cas elle le perturbe. Ce n'est pas en buvant notre sève qu'on nous comprend de l'intérieur - même constat de mon côté, lorsqu'il est arrivé à mes racines d'absorber le sang humain versé au-dessus d'elles. Nous n'avons pas besoin de ces rituels, de ces transes magico-chimiques pour transmettre ce que nous avons à dire. Les vrais chamanes se comptent sur les pousses d'une branche : les autres sont des manipulateurs, des névropathes ou des fumistes.

Mais bon, je parle en arbre occidental. La structure spirituelle et sociale de leur forêt est tellement différente de celle où j'ai grandi. Comme nous nous adaptons au milieu, aux conditions météorologiques, nous nous acclimatons à vos croyances, à vos concepts. Dans ma contrée, vous nous avez divisés en arbres décoratifs ou utiles, en arbres sacrés ou maléfiques, en arbres de droite ou de gauche, en emblèmes de pouvoir, de connaissances, de valeurs morales ou de publicité, et cette fragmentation nuit également à nos échanges : vous ne voyez plus en nous qu'un paysage, une matière première, un symbole. Et puis vous pensez en terme d'heures quand nos repères temporels sont en lunaisons, en saisons - décalages que les chamanes, eux, croient supprimer par leurs breuvages.