Accéder au contenu principal

Sa majesté des mouches - William Golding


Têtes de cochon


Sa majesté des mouches est une effrayante parabole sur la nature humaine, la reconstitution à petite échelle de notre société grégaire avec ses travers individualistes. Ralph en est le leader naturel, Jack, le guerrier, Porcinet, l'intellectuel, Simon, le mystique, et il y a les autres, le reste de la foule. Ceux qui sont proches du soleil ont droit à un prénom : Sam, Erick, Roger ... Les petits, eux, comptent pour du beurre. Peut-être que si j'avais compris cela dès le début du roman, au lieu de focaliser sur son premier et naïf aspect "Robinson Crusoé" version moins de 18 ans, je l'aurais abordé différemment et me serais davantage imprégné des enjeux et de la morale de l'histoire. A mes yeux, le roman datant des années cinquante a vieilli, il manque de modernité, de crédibilité (ou du moins d'explications) et aussi de fluidité dans ses dialogues (une tentative de l'écrivain pour refléter le langage inexpérimenté et confus de pré-adolescents ?).

 

A la suite du crash de leur avion, une bande de collégiens anglais de 6 à 12 ans se retrouvent livrés à eux-mêmes sur une île déserte. Sans adulte autour d'eux, ils doivent s'organiser pour ne pas finir en "sauvages" et veiller à entretenir une fumée pour alerter les bateaux de passage au large. Mais, presque logiquement, la situation partira petit à petit  à vau-l'eau. Chaque gamin aura en effet sa propre vision des choix les plus rationnels ou en tout cas de ceux qui lui permettront de tirer son épingle du jeu. De par leur nature d'être humain et de par leur éducation, ils reproduiront les schémas ancestraux de leurs semblables, avec notamment l'émergence d'une superstition qui, on le devine, pourrait prendre à terme la forme d'une religion embryonnaire (d'où le titre Sa majesté des mouches).


C'est aux deux tiers du livre peut-être, lorsque l'action s'affole, que les enjeux dramatiques montent d'un cran et que l'empathie pour des personnages comme Ralph ou Porcinet est à son paroxysme, que la lecture m'a enfin totalement embarqué.


Folio - pages 207 et 208

Faire rien qu'un feu ordinaire. On devrait être capable de faire ça quand même, hein ? Rien qu'une colonne de fumée pour alerter et qu'on envoie des secours. Sommes-nous des sauvages, ou quoi ? Mais nous n'avons plus de signal. Des bateaux peuvent passer. Vous vous rappelez le jour où il est allé à la chasse, que le feu s'est éteint et qu'un bateau est passé ? Et ils croient tous qu'il vaut mieux comme chef. Puis il y a eu le... la... et c'est sa faute aussi. Sans lui ça ne serait jamais arrivé.