Accéder au contenu principal

Madame de Sévigné - Stéphane Maltère


Femme de lettres


Cette biographie n'était pas dans ma PAL. Elle s'y est invitée au sommet lors de la visite du château de Grignan (Drôme), dans la collégiale duquel la marquise de Sévigné repose (ou plutôt reposait car son corps en a été violemment retiré à la Révolution). Elle y est décédée en 1696 à l'âge de 70 ans lors de son troisième séjour auprès de sa très chère fille, Françoise de Grignan, destinataire des lettres qui firent sa renommée.

Marie de Rabutin-Chantal, devenue Madame de Sévigné par mariage, n'a jamais su qu'elle passerait à la postérité après la publication de sa correspondance quelques décennies après sa mort. Elle n'a jamais eu l'ambition d'une carrière littéraire et a même ignoré la proposition de l'un de ses cousins, conscient de son talent d'écriture, de travailler sur un roman. Elle vécut une vie privée classique, certes toute relative puisque sans côtoyer au quotidien la cour de Louis XIV, elle y faisait des incursions. Sa notoriété de l'époque provenait probablement du fait qu'elle fréquentait assidûment les cercles mondains et précieux de la société parisienne entre ses réguliers séjours de longue durée à la campagne.

Malgré quelques périodes de vaches maigres, elle eut une confortable vie d'aristocrate fière de son rang et sans conscience sociale particulière, dominée par quelques passions toutes entremêlées : ses enfants, mais surtout sa fille, l'amitié, la conversation et la lecture. Je dirais que la production épistolaire de Madame de Sévigné découle de ces grands marqueurs de vie.

Le biographe met l'accent sur la femme de son temps (voir passage ci-après), au caractère positif et avenant, mais en dit en revanche très peu sur la nature réelle de son talent ou même la raison de la célébrité de ses lettres. Pourquoi marque-t-elle toujours autant les esprits maintenant, davantage que d'autres vrais écrivains de son temps comme Mademoiselle de Scudéry par exemple ? L'analyse du phénomène après le décès de la marquise de Sévigné m'a manqué à la lecture de cette agréable biographie.
   

Folio biographies - page 113

Madame de Sévigné a eu la chance de naître à  une époque qui était faite pour elle. Sa nature s'accorde avec les moeurs de son temps, les développements de la langue, le goût de l'écriture, inspirés notamment par la préciosité. En un mot, Mme de Sévigné est un miracle, créé par la conjonction du choix de sa famille en matière éducative, du destin qui la jette à nouveau dans le monde quand tout la poussait à l'isolement provincial, et d'un siècle taillé sur mesure.