Accéder au contenu principal

Brèves réponses aux grandes questions - Stephen Hawking

Brèves réponses aux grandes questions - Stephen Hawking

Y a-t-il une limite à la connaissance ?

Avec cet ouvrage, bien davantage encore qu'avec Une brève histoire du temps, que je n'ai pas lu bien longtemps, Stephen Hawking réalise un ultime effort de vulgarisation des sciences de l'Univers auxquelles il a consacré sa vie. Ici, il répond de manière simple à des questions concrètes qui parlent à tout un chacun : Dieu existe-t-il ?, Comment l'Univers a-t-il commencé ? Peut-on voyager dans le temps ?, mais exprime aussi ses réflexions sur l'avenir du genre humain : Serons-nous dépassés par l'intelligence artificielle ? Faut-il coloniser l'espace ? etc... C'est passionnant et parfois flippant malgré la dose d'optimisme qu'il injecte dans ses propos.

Dans tous les cas, le lecteur profane a cette fois l'impression que le scientifique se met à sa hauteur, même si ce n'est parfois pas complètement possible lorsque le thème choisi fait référence  des concepts mathématiques et à des théories d'astrophysique complexes, tous développés principalement entre le dix-neuvième siècle et maintenant. On peut dire que c'est tout de même mission accomplie pour ce dernier ouvrage toujours en cours d'écriture à son décès en 2018 mais finalisé par son entourage.

J'ai d'ores et déjà prévu de relire certains chapitres pour apprivoiser petit à petit et en douceur certaines notions de cosmologie, comme je le fais parfois en feuilletant L'Univers expliqué à mes petits-enfants par Hubert Reeves.

Odile Jacob - page 60

Quand on remonte le temps vers le moment du Big Bang, l'Univers devient de plus en plus petit, jusqu'à se réduire à un point - un trou noir infiniment petit et de densité infinie. Et comme pour les trous noirs actuels, qui flottent autour de nous dans l'espace, les lois de la nature impliquent une propriété extraordinaire. Elles nous disent que là aussi, le temps doit s'arrêter. Il n'y a rien avant le Big Bang car le temps n'existait pas encore. Nous voilà enfin avec une chose qui n'a pas de cause, puisque la notion de cause n'a pas de sens hors du temps. Pour moi, cela implique qu'il ne peut pas y avoir eu de créateur : Il n'y avait pas de temps dans lequel il aurait pu exister.

Commentaires