Accéder au contenu principal

Chaleur (Joseph Incardona)

 Chaleur de Joseph Incardona

Le chant du cygne

Le passage du livre reproduit ci-dessous est, je trouve, représentatif de ce court roman de Joseph Incardona : décalé, saugrenu, presque absurde. Ces adjectifs sont en tout cas représentatifs de la première impression que laisse cette adaptation, certes très libre, d'un évènement dramatique de 2010 qui a mis fin aux dangereux championnats du monde de sauna qui avaient lieu jusque là en Finlande. Dans la fiction, pour les deux plus grands champions du moment, Igor, ex-militaire russe et Niko, star finlandaise du "porno bio" c'est l'année ou jamais, et chacun pour ses propres raisons, de gagner et finir sa carrière en beauté.

Le roman se lit vite et bien, avec ses phrases sèches et mordantes, ses situations loufoques, ses personnages étrangement et terriblement humains (que dire sur l'attachante et décomplexée copine de Niko ?) et bien sûr son humour noir qui fait mouche. Ce combat de coq made in Scandinavie paraît dérisoire mais sonne paradoxalement juste. Une lecture distrayante. 

Pocket - page 107

Le monde est petit, dit Lee Van Cleef.
Il est également mauvais, répond Klaus Kinski.
Alors quand Igor ouvre sa porte, les joues creusées, le corps malade, et voit devant lui le Bandido et ses Ray-Ban, il se redresse et lui demande ce qu'il veut.
J'ai ton matos connard.
Igor recule, lui fait signe d'entrer et de refermer la porte.
C'est triste chez toi.
Les chambres sont toutes pareilles.
Non, ici, c'est plus triste.