Accéder au contenu principal

Le discours (Fabrice Caro)

Le discours - Fabrice Caro

La vie est un porte-serviettes

Adrien est sommé par son futur beau-frère de prononcer un discours pendant le repas de mariage de sa soeur. Ça tombe vraiment mal, c'est la dose de stress en trop alors qu'il attend des nouvelles de Sonia, qui s'octroie une pause dans leur couple depuis 38 jours ...

Les romans introspectifs sont évidemment ceux que je préfère. Alors quand ils sont drôles, ce n'est que du bonus. Dans Le discours, plus que de l'humour pur, il s'agit surtout d'une sorte d'esprit absurde et décalé qui, chez moi, a fait mouche presque à chaque fois. Il est fondé sur un sens aigu de l'observation des petits travers de la société et de nos interactions avec familles et amis, êtres humains si proches de nous depuis toujours mais de plus en plus difficiles à comprendre avec les années.

Mais ce roman n'aurait pas pu totalement me plaire s'il n'avait été que drôle. La causerie intérieure et désespérée d'Adrien au cours d'un repas de famille chez ses parents n'est qu'un prétexte à des réflexions sur le thème de la crise existentielle et de l'insécurité affective, sujets sérieux même si on les manipule avec ironie. Ce fameux discours est particulièrement angoissant pour le jeune homme parce qu'il tombe au mauvais moment. Prendra-t-il forme un jour ailleurs que dans sa tête ? Ça dépend peut-être de Sonia ?!
 
Fabrice Caro, alias Fabcaro, signe un roman doux amer, parfois touchant, franchement désabusé et toujours juste.

Folio - page 72

Le jour où ma soeur a annoncé à table "Ludovic et moi avons décidé de nous marier", l'intégralité de la cérémonie a aussitôt défilé devant mes yeux en un quart de seconde comme, paraît-il, lorsqu'on frôle la mort et qu'on visualise en accéléré le film de sa vie. Tout y est passé en une succession de flashs aveuglants, surtout la chenille. La chenille à laquelle personne ne peut échapper. On a beau faire semblant de manger, de parler, d'être au téléphone, peine perdue, la chenille est impitoyable, elle n'épargne personne ...