Accéder au contenu principal

Carrousel-des-anges (Benjamin Randow)

Carrousel-des-anges - Benjamin Randow

Balade parisienne

Le style de Benjamin Randow m'a conquis. Son roman Carrousel-des-anges, dédicacé à mon attention, est le cadeau d'un ami cher. Je les remercie tous les deux.

Au moyen de longues phrases bien roulées. la superposition de personnages parisiens sur plusieurs générations, leurs pérégrinations intimes, familiales et sociales dans les quartiers des 2ème, 9ème et 10ème arrondissements sont prétexte à toutes sortes de considérations sur la culture et sur les choses de la vie (cf. passage ci-après).

L'ensemble m'évoque érudition, charme, élégance et un soupçon de fantaisie désuète.

Cohen&Cohen - page 113

Mais Édouard, qui aimait pour la première fois, n'était ni aguerri ni lucide. Il brûlait ses vaisseaux en croyant les réarmer, et prenait pour de la passion les flammes qui dévoraient sa flotte. Plus il aimait Charles et plus sans le savoir il précipitait la fin de leur histoire. Les deux amis croyaient que l'amour est un brasier qui s'alimente par la passion alors que celle-ci le dévore. C'est un feu qui s'entretient, se régule, et dure par un peu de flamme et beaucoup de patience. Mais on ne demande pas à un premier amour d'être le plus durable, quand il suffit d'être le plus beau.