Accéder au contenu principal

La boîte de Pandore (Bernard Werber)

La boîte de Pandore - Bernard Werber

L'homme de l'Atlantide

Je viens de terminer La boîte de Pandore de Bernard Werber. Les talents d'écriture de ce collectionneur de best-sellers ne m'ont pas époustouflé mais l'inventivité du scénario truffé de bonnes trouvailles oui ! L'idée de reconstituer le monde de l'Atlantide et de broder sur l'origine des mythologies antiques, avec comme point de départ une séance d'hypnose, est assez ébouriffante et indéniablement distrayante, même si, c'est le moins qu'on puisse dire, l'auteur ne fait pas dans la finesse ni dans l'approfondissement des situations qui s'enchaînent. Pas le temps.

Ce qui m'a davantage gêné, c'est l'assertion continue tout le long de l'histoire (avec un petit h) des mensonges de l'Histoire (avec un grand H). On ne peut qu'être d'accord avec l'idée que l'Histoire du monde est au moins en partie celle qu'on a bien voulu nous raconter, notamment à travers le prisme subjectif des spécialistes officiels, voire des vainqueurs. Mais Werber, fort de son imagination, en profite pour faire la même chose mais dans l'autre sens, toute aussi déformée, ou en tout cas sans subtilité ni juste milieu. Il a évidemment le droit de le faire sous couvert de la fiction fantastique, voire fantasmagorique et il ne se gêne pas. Le divertissement est du coup total. 

Le Livre de Poche - page 360

 - Racontez-moi le Déluge, demande Opale.
 - C'était si injuste. Tant de beauté et d'harmonie réduites à néant seulement parce que quelque chose ou quelqu'un ne voulait plus qu'ils existent. J'avais l'impression de lutter contre l'ire de Poséidon.
 - Sans vous, il n'y aurait peut-être eu aucun survivant.
 - Pourtant, c'est là un fait inscrit dans toutes les mythologies évoquant le Déluge.
 - On en revient à notre problématique : est-ce que ce que vous avez accompli était déjà écrit ?
 - Absolument. Est-ce que ce sont mes choix qui ont décidé de ce qu'il s'est passé ?